Panier

Votre panier est vide.
Situation en Espagne et en Ir..

 

L’histoire du greyhound est celle d’un chien noble qui, durant des siècles, fut uniquement le compagnon des rois et de la noblesse et qui au début du vingtième siècle, fut relégué au grade de machine de course. Le Greyhound est un des premiers chiens de course qui a été élevé en masse. Les courses de chiens devenaient un "big-business". Il n'y avait pas assez de lévriers! Quand les fermiers irlandais devaient diminuer l'élevage des moutons, le gouvernement les encourageait à élever des lévriers.

Actuellement on enregistre 20.000 chiots par an. Le nombre de naissances est beaucoup plus élevé, mais les mauvais exemplaires sont immédiatement liquidés. On pense que les chiens de course mènent la vie d'un athlète de classe, bien soigné, recevant un régime équilibré, bon traitement des blessures, etc., mais l'entraîneur de chiens David Hayward en dit ceci : "Le chien n'a pas de vie. Il reste dans son chenil et n'en sort que pour se rendre aux champs de courses. En général les lévriers peuvent atteindre l'age de 14 ans, mais en général les chiens sont consumés à l'âge de 2 1/2 ans et sont alors enlevés des champs de courses. Les entraîneurs préfèrent avoir chaque année des nouveaux chiens dans l'arène.
On donne aux animaux de la cocaïne, des amphétamines, 'angel dust' et des 'stéroïdes anabolisants'. Ces produits les rendent souvent, à la fin de leur carrière, édentés et affaiblis. Annuellement 30.000 chiens sont ainsi traités et abandonnés sans regret après service rendu.Un grand nombre va directement à la vivisection où ils subissent des expérimentations douloureuses avant d'y mourir. Une fin misérable pour une vie qui consistait en dévouement, travail dur et fidélité à son maître. De cette façon le chien rapporte encore une fois 20 livres.

En Irlande certains de ces Greyhounds qui ne donnent plus satisfaction reçoivent un "one-way" ticket pour l'Espagne. Annuellement 1.000 Greyhounds sont transportés de l'Irlande vers l'Espagne, où ils arrivent également sur les champs de courses. Ils y restent jusqu'à la fin de leur vie, dans des circonstances misérables. Ils y vivent dans des cages sombres ou des baraques étouffantes. Les cages en bois sont empilées l'une sur l'autre et l'urine coule sur les chiens se trouvant en dessous qui parfois la boivent.
La nourriture est jetée au milieu du groupe et ceux qui ne sont plus assez rapide n'ont rien à manger. Ils doivent courir avec des os brisés et ceux qui n'atteignent plus la vitesse requise sont punis par l'arrachement ou la fracture des pattes. La plupart des Greyhounds succombent à leurs blessures par un manque de soins.
Avant, les chiens qui ne donnaient plus satisfaction étaient transportés à Majorque. Là il existait un champ de courses pour Greyhounds handicapés. Grâce à notre intervention ce champ de courses a été fermé et beaucoup de ces chiens résident maintenant dans des familles belges. Dans d'autres parties de l'Espagne des pratiques cruelles sont encore d'application.
Après chaque saison des centaines de chiens qui ne rapportent plus assez, sont tués. La façon de les tuer dépend des prestations de l'animal. Certains sont pendus, d'autres brûlés vifs ou attachés derrière des véhicules rapides. Parfois ils sont vendus à des pêcheurs qui les utilisent comme amorce pour la capture des requins.Certains servent comme "moving target" (appât vivant) pour l'entraînement des chiens de combat.

Les Espagnols considèrent ceci comme une tradition.

  • DDR fotostyling