Panier

Votre panier est vide.

Espagne Mise a jour oct 2020 - Jeu22oct

Placé le
04 Novembre 2020

 

 

Jeudi 22 octobre 2020.

Il n’est pas encore 7h30, lorsque Dirk part, dans le matin sombre et humide pour le refuge, afin d’y collecter un petit mâle de 10 mois, encore un chiot donc et le teckel à la patte fracturée. Lorsqu’il me revient, il semblerait qu’un troisième hôte ait rejoint, in extremis, les deux autres. Il s’agit d’une petite femelle chétive qui boite et qui souffre d’une grosseur à hauteur de son épaule difforme. J’ai obtenu un rendez-vous pour tous les trois et ils peuvent accompagner Coco, Bella et Clémentine chez le docteur De Frutos qui nous recevra en premiers, vu la quantité de patients. Cela devient vraiment une habitude que lorsque nous nous mettons en route pour Talavera, il commence tout doucement à pleuvoir et pour la énième fois, nous nous rendons chez le véto sous une pluie torrentielle. En arrivant dans la petite ville provinciale, il fait encore nuit et la pluie persiste toujours. Nous nous trompons lourdement lorsque nous pensons que, vu  l’heure matinale à laquelle nous arrivons, nous trouverons aisément une place pour garer la camionnette… Après avoir fait quelques «  tours », Dirk décide de déposer la camionnette devant la porte située à l’arrière du bâtiment du médecin, disons l’entrée des artistes, et rejoint la clinique par la petite ruelle à côté. Quelques minutes plus tard, le docteur De Frutos, ouvre la porte et nous permet de rentrer en passant par les coulisses, avec nos 6 patients…

  

Bella et le jeune mâle qui a l’air d’un poulain maladroit avec ses pattes longues et son petit corps efflanqué, subissent tous les deux une prise de sang et en attendant de stériliser l’une et de  castrer l’autre, on les conduit en salle de récupération qui porte encore, à notre grande gêne, le passage de Tito… Les autres nous accompagnent vers l’accueil où l’on rédige les papiers et où je suis obligée de leur donner un nom.  J’appelle le poulain Eusebio, la petite femelle avec l’épaule Emérence et le teckel répondra désormais au nom d’Electra. Une fois que les papiers ont été dûment remplis, ils sont prêts pour passer par le véto. Aussi bien Electra qu’Emérence, ont des fractures compliquées. L’une à la patte et l’autre à l’épaule. Electra le poulain, Eusébio et Bella seront encore opérés aujourd’hui. Emérence qui est trop faible et trop maigre doit gagner des forces pendant au moins 10 jours avant de subir l’intervention prévue… Ensuite, c’est au tour de Coco qui reçoit des louanges pour l’état intact de son gabarit externe ou sa « Tour Eiffel » comme je l’appelle. Seulement voilà, elle devra encore  supporter la consruction pendant 4 semaines, soupir…

 

Clémentine, c’est une autre histoire. Malgré le fait que la blessure de la tumeur à sa patte de devant se soit bien cicatrisée, elle a fort maigri et elle n’a pas d’appétit. Après une prise de sang, il semblerait que les taux dans son sang ne soient pas trop mauvais, seul le taux de créatine est trop élevé… L’échographie montre le mauvais état dans lequel se trouve un de ses reins qui a pris également une drôle de forme. Compte tenu de son âge, il n’y a pas grand-chose à faire si ce n’est qu’administrer des médicaments. Pendant que je sens les larmes me monter aux yeux, je repense au scénario catastrophique que nous avons vécu avec notre Hercule qui nous a quitté bien trop tôt… Clémentine, Coco et Emérence, peuvent nous raccompagner à la maison et en sont fort contentes. A 17h30, nous pourrons venir chercher les autres patients. Pendant notre trajet, je pense au fait qu’au cours de cette semaine,  20 galgos sont rentrés chez nous et ce n’est que le début…Vous vous imaginez, plus de 20 galgos en quelques jours de temps.  Combien de voyages vers Talavera devrons-nous effectuer et combien de fractures passeront la revue ??? Comment et pour combien de temps allons-nous pouvoir continuer à financer tout cela ??? Bella, Emérence et Eusébio ont connu le bonheur à l’issu de toute leur misère car ils se trouvent sous la protection de GINB mais ils seront encore nombreux à suivre… Jusqu’à présent, la facture s’élève à 1841€……..

   

Lors de sa visite au refuge, Koen Falise a reçu un aperçu de l’ampleur et de l’abomination de la misère infligée au galgos… Lorsqu’il rencontra, dans les chenils de quarantaine, ses 7 premiers « rejetés », il a été fort impressionné et une image lui est restée, celle des petits mâles, terrorisés et maltraités,  qui venaient de rentrer. Il a vu des silhouettes tremblantes qui grimpaient aux murs tellement ils avaient peur. Je comprenais ce qu’il ressentait car j’ai des centaines d’images similaires qui me hantent sans cesse. Des images qui sont fixées sur ma rétine à tout jamais… A 16h30, nous repartons pour Talavera. Après quelques kilomètres le ciel s’assombrit et des formations menaçantes, qui ne prédisent rien de bon,  commencent à se dessiner dans le ciel… Lorsque nous atteignons Talavera,  les écluses célestes s’ouvrent et  déversent sur nous plus d’eau que ne pourrait produire une station de lavage digne de ce nom… Après avoir reçu les explications et les ordonnances nécessaires, nous repartons pour Calypo sous un ciel noir comme de l’encre. Le Gsm de Dirk mentionne sans cesse des messages. A 40km, à 30 km, à 20 km de nous, rien que des éclairs… Lorsque nous sommes presque à Casarrubios, nous voyons un éclair perpendiculaire toucher le sol avec une détonation crépitante… Je ne peux m’empêcher de penser à notre équipe hétéroclite à Casa Belgica car la plupart a une peur infernale de tout ce qui éclate…

Quelques minutes plus tard, nous sommes à la maison et nous pouvons les délivrer de leur misère. Les patients à bord de la camionnette, doivent attendre la fin de la énième averse avant que Dirk ne soit en mesure de les décharger. Une fois rentrés, il y a une consternation mutuelle… Pendant que nos chiens sont ébahis par les nouveaux-venus, Dirk installe Electra, le teckel, au living pendant qu’Eusébio parcourt la cuisine en titubant. Maintenant qu’il m’est possible de l’observer de près, je remarque que non seulement ses pattes sont trop longues mais que son nez est également beaucoup trop long par rapport à son menton. Malgré cette malformation, il a une tête magnifique avec de beaux yeux mélancoliques qui reflètent toute la misère qu’il a vécu dans sa jeunesse. Malgré cela, il est gentil, magnifique et charmant et surtout d’une maladresse désarmante. Il est à croquer, au sens figuratif du terme bien sûr… Pendant qu’Eusébio continue à être fidèle à lui-même, Bella se déplace, pleine d’assurance, parmi notre meute et Emérence, quant à elle, est couchée sur la banquette comme si elle n’avait rien fait d’autre de toute sa vie. Les galgos ont tant de sagesse et se sont des juges de caractère hors pair… Cela n’est pas donné à tout le monde….

  

Et puis, nous étions à 15 à Casa Belgica. 14 galgos et 1 teckel… Il est clair que Dirk et moi, sommes des sentimentaux mais ça je l’avais déjà dit. Une chose est sûre c’est qu’avec autant d’âmes rassemblées sous le même toit, nous n’aurons pas froid… Et si vous pensez que nous vivons «  une vie de bohème », vous vous trompez. Demandez seulement à nos hôtes, à nos copilotes etc… Il fait toujours très propre ici car aussi bien pour Dirk que pour moi tout doit être pimpant et nous avons horreur du désordre !!! Un grand merci à Dirk et à son personnel…Lorsque vient la nuit, nous sommes tous fatigués. Les nouveaux résidents sont heureux avec une petite place dans notre maison et dans notre cœur et ils jouissent de ce confort inconnu. Pour la première fois de leur vie ils sont couchés dans un panier, sous le chauffage et ils peuvent se reposer !!! Lorsque les lumières s’éteignent, nous entendons de douces lamentations qui dureront presque toute la nuit… Eusébio se sent heureux mais il serait encore plus heureux plus près de nous… Jeune et inexpérimenté comme il est, il ne se doute pas qu’à Casa Belgica, il y a une règle d’or à laquelle il n’y a pas de dérogation possible et cette règle dit : tout le monde dans son propre lit !!! Je suppose que vous me comprenez…  

 

Dimanche 25 octobre 2020.

Au cours de l’après-midi, je reçois un appel de Las Nieves disant qu’on vient de déposer un mâle dont la patte est fracturée. Le pauvre souffre beaucoup et selon un «  témoin », la fracture date d’il y a 2 semaines. On nous demande si nous pouvons l’aider… Malgré qu’il soit dimanche, j’envoie un petit message au docteur De Frutos avec les explications nécessaires et il me répond assez vite par mail, qu’il nous attend mardi matin à 9h00… J’avertis Marie-Carmen que Dirk viendra le chercher, au refuge,  mardi matin à 7h30. Lorsque je jette un coup d’œil à travers notre maison, je me demande bien où je vais pouvoir coucher ce pauvre au cas où il devra être opéré.

Mardi 27 octobre 2020.

A 7h20, Dirk part pour le refuge afin d’aller chercher le galgo à la patte fracturée et 20 minutes plus tard, il arrive à Casa Belgica avec un petit mâle beige à poil dur. Il a une cheville salement enflée. Il est clair qu’il s’agit d’une histoire douloureuse car il est incapable de s’appuyer dessus et il gémit doucement. Il ne me semble pas plus âgé que 1,5 à 2 ans, au grand maximum et il me regarde paisiblement d’entre ses sourcils en bataille. Encore une victime qui a été abandonnée à son sort. Mais à partir d’aujourd’hui, tout va changer pour lui… Au moment de partir, le soleil montre le bout de son nez et nous regagnons Talavera sous une lumière matinale délicate. Voilà le résultat de la transition vers l’heure d’hiver… Cela n’aura probablement rien à voir avec le fait que pour une fois il ne pleuve pas. Quoi qu’il en soit, je hais toute cette cérémonie et j’espère bien que cela aura été la dernière fois que ces messieurs les législateurs  auront manipulé le temps. Ah, les gens quand même !...

 

En cours de route, je nomme le chien Elliot. Encore une fois un nom commençant par E , direz-vous. C’est parce que j’ai décidé dorénavant, de donner aux chiens qui viennent à Casa Belgica afin d’être opéré ou de revalider, un nom qui commence avec la même lettre selon l’année. Donc, pour ce qui reste  de 2020, tous les noms commenceront avec E. En ce qui concerne Coco et Bella, Coco restera bien évidemment Coco quant à Bella sans B, peut aisément devenir Ella. J’y ai pensé un peu tard mais mieux vaut tard que jamais n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, chaque chien sans nom, qui viendra à Casa Belgica en 2021 recevra un nom commençant par F etc… etc… Question de garder un aperçu précis. Bien que, pour le moment, l’affluence est énorme… En quelques semaines de temps, nous avons eu 3 fractures osseuses compliquées, suivies par 5 stérilisations/castrations. Nous est venue également Emérence qui doit regagner des forces en attendant son opération à l’épaule et maintenant Elliot qui devra probablement passer sur le billard, lui aussi…

Eh oui, nous recevons parfois la remarque que la clinique est bien onéreuse mais je préfère du travail bien fait en une fois que du boulot 3 fois bâclé. Nous avons eu plusieurs fois la blague et pour les chiens qui ont déjà tant souffert cela est dramatique tout comme pour nous et surtout pour notre porte- monnaie… Donc, je trouve que maintenant les choses vont bien mieux et cela est positif pour notre sérénité car nous savons que tout est mis en œuvre afin de les aider et qu’ils reçoivent les meilleurs soins. Nous sommes tout à fait d’accord pour payer le carburant pour la camionnette ou notre vieille Jeep afin de parcourir 75 km à l’aller et au retour. L’ orthopédie est une spécialité bien déterminée et tout le monde n’est pas apte à l’exercer. Nous choisissons donc pour la qualité, c’est bien la moindre des choses que nous puissions faire pour ces pauvres êtres maltraités et abandonnés. Qu’en pensez-vous ??? 

  

Après un trajet de trois quarts d’heure, nous arrivons chez le docteur De Frutos qui confirme mes craintes concernant la patte d’Elliot. Il s’agit d’une sale fracture. Les articulations de sa cheville et de sa patte sont fracturées et il sera donc nécessaire de fabriquer une plaque faite sur mesure.  Le médecin spécifie qu’après l’opération, il gardera une patte raide mais cela vaut mieux que la douleur et la malformation qu’il a pour le moment. La plaque sera fabriquée encore aujourd’hui à l’aide des radios et demain il sera opéré. Après l’intervention, le vétérinaire voudrait le garder pendant  deux jours à la clinique pour les soins postopératoires. Comme d’habitude, il nous gardera au courant et il nous fera savoir à quel moment il pourra rentrer «  à la maison »… Pendant le trajet vers Casa Belgica, nous parlons du nouveau-venu Elliot et combien de confiance il a immédiatement montré et combien il a été sage et patient pendant les examens de sa patte douloureuse. Une confiance instantanée après qu’il ait tant souffert à cause des gens. C’est un grand honneur qu’il nous a fait… Nous regagnons la maison en étant tous les deux très pensifs.  « Qu’est-ce qui nous attend encore ? », dis-je à Dirk « Encore un peu et nous manquerons de lits ». Heureusement que nos patients ne souffrent pas du Covid…