Panier

Votre panier est vide.

Espagne Mise A Jour Fev 2020 - Lun17fev

Placé le
24 Février 2020

 

 

Lundi 17 février 2020.

Malgré le fait que j’aurais bien aimé lui épargner ce supplice, nous nous sommes rendus à Talavera, ce matin, en compagnie de Kika. Plusieurs vétos avaient conclu à l’inévitable dû à son grand âge, mais cela n’empêche pas que nous soyons inquiets à son sujet. Son état s’empire de jour en jour. Sa vie se partage entre tituber, tomber, oublier et bien sûr les caprices que nous lui connaissons depuis qu’elle partage notre vie. Seulement, elle n’a plus mangé depuis deux jours et elle ne réveille même plus Dirk durant la nuit, pour faire son petit pipi (elle refuse de passer par la trappe) pour ensuite, admirer pendant un quart d’heure les étoiles. Rien de plus cela.  Je suis témoin de sa chute libre sans pouvoir y changer quoi que ce soit et je ne peux m’imaginer notre vie sans notre diva exceptionnelle. Voilà pourquoi, nous avons pris rendez-vous avec le docteur De Frutos. Pendant le trajet, elle se comporte de façon tout à fait normale en étant embêtante. Elle refuse de se coucher et cela malgré ses ennuis d’équilibre. Je la regarde et je sens monter les premières larmes en étant d’accord avec Dirk lorsqu’il dit qu’elle a eu une vie de princesse.

 

Elle a toujours agi à sa guise, elle ne s’est jamais laissée commander, elle ne voulait pas d’interaction ni avec nous, ni avec les autres galgos. Elle vivait tout simplement sa vie comme bon lui semblait. Elle faisait la loi et le fait encore toujours… bref, lorsqu’elle nous adopta voici 11 ans, elle nous a toujours fait la grâce de nous tolérer dans sa maison à elle… Voilà toute la vérité mais je dois quand même admettre que, comme beaucoup de ses congénères, elle a eu un commencement difficile dans la vie et qu’à cause d’humains malveillants, elle a atrocement souffert. Elle habitait avec une vieille dame au centre de Madrid. Après que celle-ci soit tombée malade, elle a dû rentrer en clinique et c’est une voisine qui a pris soin d’elle. Quoi qu’il en soit, la vieille dame n’est plus jamais revenue et la voisine a abandonné Kika à son sort. De nombreux jours ou même semaines plus tard, elle est arrivée à Las Nieves dans un état lamentable. Elle refusait de se nourrir et nous l’avons accueillie à Casa Belgica souffrant de plaies ouvertes et de pattes enflées.

Voilà en quelques lignes, son histoire. Quoi qu’il en soit, malgré le fait que son corps fonctionnait encore à peine, elle avait décidé de ne plus manger et de ne plus jamais avoir confiance en l’homme. Cela nous a coûté beaucoup de doigts meurtris et de mains  douloureuses afin de la faire changer d’avis car elle mordait sévèrement tout le monde qui se risquait à l’approcher avec de la nourriture. Sa faiblesse était en proportion directe avec son désir de mourir. Mais nous étions les plus forts et cela, elle ne nous le pardonnait pas car pendant de longs mois, elle ne nous tolérait pas à proximité et ne nous permettait pas de la toucher. Avec les étrangers, c’était encore pire. Marianne, John, Anne, Fred et beaucoup d’autres dont notre médecin de famille en Belgique, peuvent en témoigner. Lorsqu’il vient en « visite » chez nous, il demande encore toujours si « la blanche » est dans les parages…

 

A notre grande surprise, elle « se laisse faire » par De Frutos et son épouse qui peuvent l’examiner en toute quiétude et la mettre sous perfusion pour un examen du cœur et pour prendre des radios. Voilà un « exercice » qui ne se serait pas effectué aussi facilement il y a quelques mois… Pendant que nous attendons ses résultats, Marie-Carmen nous envoie la photo d’un jeune mâle noir chez qui la puce a été arrachée à l’aide d’un couteau. Hier, dimanche donc, il a été amené baignant dans son sang… Jour ouvrable ou jour férié, les atrocités ne s’arrêtent jamais. Après une demi- heure qui nous semble une éternité, le véto et son épouse nous informent que Kika a de sérieux problèmes de cœur et qu’ils s’apprêtent à contacter une cardiologue qui tient des consultations hebdomadaires  dans leur clinique.

Pendant la communication, il s’avère  que la cardiologue se trouve dans sa voiture et elle promet de resonner une dizaine de minutes plus tard… En attendant, le docteur De Frutos insiste pour montrer à Dirk sa chambre insonorisée dans laquelle des chiens peuvent passer la nuit sans incommoder les voisins. Kika pourrait donc rester pour la nuit. Pas question ! Nous attendons et attendons… le coup de téléphone de la cardiologue. Après une demi-heure, je suis tellement énervée que je demande à l’épouse du véto de bien vouloir envoyer un petit mail. Pendant que Dirk charge Kika dans la voiture, Madame De Frutos s’amène en courant pour dire que nous sommes attendus demain à 17h30. Je me demande si cette heure est une heure belge ou une heure espagnole qui est généralement beaucoup plus extensible. Nous craignons que ce soit la deuxième…