Panier

Votre panier est vide.
Demodex canis

INTRODUCTION :

Demodex (canis) est un acarien microscopique, occasionnant chez le jeune chien une maladie de peau due à l'infestation des follicules pileux : la démodécie une maladie cutanée très redoutée ! Mais cette peur est-elle justifiée ? Et, de plus, la démodécie n’est pas uniquement une infection due à ce parasite. Est-il alors vraiment sensé de traiter avec des produits très toxiques qui servent uniquement à tuer le parasite ? Ne faudrait-il pas faire plus que cela ?

Si un chien souffre de maladie cutanée due au demodex, cela signifie dans la plupart des cas qu’il ne souffre pas uniquement d’une infection par l’acarien. La présence de quelques ou beaucoup de demodex est un signe que ces chiens ont un système immunitaire peu performant ou déficient. Cette science doit être le fil conducteur le plus important pour la méthode de traitement des patients souffrant de démodécie: la défense déficiente comme cause de démodécie. C’est aussi la raison pour laquelle la mort du parasite ne suffit pas à rendre la santé au chiot. Si le traitement réussit quand même, ce ne sont pas les produits toxiques employés qui sont responsables du succès, mais l'amélioration du système immunitaire, qui peut être spontané ou obtenu par d'autres traitements. 

 

L’ACARIEN :

Le demodex se distingue facilement des autres acariens. Par opposition à d’autres acariens plus connus, le demodex a la forme particulièrement allongée d’un petit « poisson » avec de chaque côté de l’avant du corps quatre courtes pattes (voir représentation ci-dessous). Le demodex est invisible à l'oeil nu ; il est uniquement visible sous le microscope. 

L’INFECTION :

Le demodex fait partie de la flore d’une peau normale. donc en principe l’acarien est toujours présent chez un chien sain, mais en très petit nombre, sans qu’il y ait des plaintes. Demodex va seulement causer des problèmes lorsque leur nombre augmente dans les follicules pileux et dans les glandes sébacées. Cette progression du nombre n’est possible que s’il y a déficience immunitaire ou si une maladie sous-jacente mine la résistance du chien. Mais certaines races sont héréditairement prédisposées à cette maladie. 

 

SYMPTÔMES :

Les lésions dermatologiques principales lors de démodécie sont des pertes de poils circonscrites ou étendues. Généralement autour des yeux, sur les joues, autour de la bouche, sur le cou et sur les membres, au niveau des espaces inter-digités. On observe aussi souvent des squames (pellicules), des taches rouges et quelques petites croûtes. Parfois, la démodécie est compliquée par l'apparition d'une surinfection bactérienne de la peau (Staphylocoques) ou par une réaction inflammatoire cutanée importante. Mais le plus souvent il y a une ou plusieurs « belles » taches chauves, par exemple les espaces inter-digités. Et ce qui est très important : on n’observe pas de démangeaisons ! C'est une indication pour la démodécie. Dans les cas graves avec une forte inflammation cutanée, il peut y avoir des démangeaisons. Nous observons une peau entièrement chauve parsemée de petites croûtes, pellicules et pustules suppurantes. 

LE DIAGNOSTIC :

Le diagnostic repose sur l’examen des lésions (pas de démangeaisons !) et l’observation du parasite au microscope. La réalisation de raclages cutanés se fait au niveau des lésions (on prélève un peu de peau en raclant celle-ci jusqu'aux follicules pileux, avec une cuiller aiguë. Le demodex est facile à découvrir, donc, si aucun demodex n’est présent sur la lésion, le diagnostic sera clair : pas de démodécie. Un seul demodex n’est pas suffisant, mais plusieurs sont 100 % affirmatif. S'ils fourmillent, c’est une indication pour une contamination grave, ou autrement dit : pour une immunodéficience sérieuse. Dans les cas chroniques, une biopsie cutanée donnera la réponse définitive, mais dans la plupart des cas la réalisation d’un simple raclage cutané sera suffisant pour poser le diagnostic de démodécie.  Nous devons toujours rechercher le problème sous-jacent. À côté de la recherche clinique et de la recherche microscopique du raclage cutané, dans la plupart des cas un examen du sang complémentaire sera nécessaire pour trouver une autre maladie cachée derrière la démodécie. 

LE PRONOSTIC :

Chez les jeunes chiens, le système immunitaire est encore faible ; il s'améliore au fur et à mesure que le chien grandit. C’est pour cette raison que la démodécie se rencontre le plus souvent chez les jeunes chiens. D'où le terme gale du jeune chien. Dans les cas moins graves (1 ou quelques taches chauves), 90 % des cas guérissent spontanément sans traitement. Le chien grandit et le système immunitaire se renforce. Le traitement avec les produits très toxiques n’était/n'est pas nécessaire dans ces cas ! Si aucune amélioration spontanée n'intervient au fur et à mesure que le chien grandit et que les lésions s’aggravent, il est clair qu’il y a une raison plus grave qui doit attirer toute notre attention. Un nouveau diagnostic sera posé et un nouveau traitement sera choisi qui résoudra la cause effective du problème. J’ai eu en consultation un jeune chien qui après 36 (!) traitements toxiques avait toujours la démodécie. Il était grand temps de penser à un autre traitement. La condition d'un chien qui est sujet à un empoisonnement structurel semblable n’a aucune chance de pouvoir s’améliorer !  Généralement une démodécie bénigne (une ou quelques petites lésions) aura un bon pronostic chez un jeune chien en bonne santé. Si le chien est plus âgé : 1 - 2 ans, avec une démodécie grave a en revanche un mauvais pronostic. Même pour le jeune chien, au plus grave sera l’affection, au plus mauvais sera le pronostic.  Le problème lors du pronostic de la démodécie dans de tels cas, c’est que nous n'avons pas souvent la possibilité de trouver la cause de l’immunodéficience, alors, comment espérer un traitement qui parfois est tout à fait impossible lorsque des facteurs héréditaires jouent un rôle et qu’il n’y a plus moyen d’intervenir.  Chez les chiens en provenance de l’étranger, la Grèce ou le Portugal par exemple qui souffrent de démodécie, il faut toujours tenir compte de la possibilité d’une infection sous-jacente provoquée par les Leishmanies ; ces parasites sont transmis par un phlébotome vecteur qui mine entièrement l’immunité de l'hôte. Nous devrons en premier lieu traiter la Leishmaniose sous-jacente, au lieu de la démodécie.  Pour augmenter la résistance dans les cas de démodécie, nous obtenons de bons résultats avec l’homéopathie. Nous recherchons avec vous le moyen le plus adéquat pour votre chien et traiter le mal valablement. Il est important de traiter le mal jusqu’à la racine en pensant à l’avenir. Il n’est pas rare de voir que les chiens ayant souffert de démodécie dans leur jeunesse développent en vieillissant des allergies tenaces. L’homéopathie tente pour le moins de prévenir ces problèmes alors que les produits toxiques contre les acariens pas du tout. 

CONTAGION :

Le demodex vit donc partout dans l'entourage, mais une comme toujours, ce n’est que chez un patient sensible que les plaintes apparaîtront. Cela implique qu'un chien souffrant de démodécie n’est pas contagieux pour son entourage. Il peut jouer sans problèmes avec d'autres chiens. Dans une nichée on peut voir par exemple un chiot avec la démodécie jouant intensivement avec les autres chiots sans que ceux-ci aient le moindre problème malgré les contacts intimes quotidiens. 

TRAITEMENT 

Guérison spontanée :

Chez un jeune chien, une seule lésion guérira spontanément, ce qui peut durer des semaines voire des mois. Ceci veut dire que traiter le patient avec des produits toxiques équivaut à lancer un boulet de canon sur un moustique qui n’est même pas le seul responsable. Donc, ce traitement est à déconseiller.  Echinacea purpurea Dans les cas bénins, chez les jeunes chiens il suffit d’administrer oralement

l’Echinacea purpurea (résistance MacSamuel) :

En supposant que le chien soit bien nourri, vermifugé et qu’aucune autre maladie n’ait été détectée en plus de la démodécie. Un supplément à la nourriture comme le Megaderm® (acides gras essentiels, biotine, zinc en sélénium) peut contribuer à une amélioration de la condition du pelage. 

Homéopathie :

Dans les cas bénins, aussi chez les moins jeunes chiens (> 1 an) nous devons essayer de trouver le moyen homéopathique convenant le mieux pour chaque chien individuel. Bien entendu après que nous avons constaté que le chien est sain et qu’aucune autre maladie ne se cache derrière la démodécie que nous devrions d’abord traiter. Les produits les plus importants contre la démodécie sont Sulfur, Hepar sulfur et Apis mellifica. Il faut chercher avec soin quel est le meilleur produit pour votre chien, car si ce n’est pas le bon il n’y aura pas de résultat. Vous pouvez prendre rendez-vous dans notre clinique pour un traitement homéopathique. De cette façon, nous pourrons constater si oui ou non il y a une maladie sous-jacente et si nécessaire prescrire un traitement d'appui aussi sûr que possible. 

Defencare® : 

Dans des cas moins graves, nous traitons (au début) avec un produit contre les acariens. L'objectif est de diminuer leur attaque, mais (et c'est le plus important) d’augmenter en même temps la résistance de l’« hôte » avec d'autres moyens. Nous choisirons en première instance le Defencare® (Pyrethrine) : réaliser des bains acaricides détruisant le Demodex. Les bains doivent être donnés 1 à 3 avec un intervalle d’une semaine. Le produit n'est pas enregistré officiellement pour traiter le demodex, mais pour les puces et les poux. Et pourtant notre expérience avec le Defencare® est positive, et nous le considérons comme moins dangereux qu'ectodex® 

Stronghold® :

Le deuxième choix est le produit Stronghold® (Ivermectine), 1 à 3 fois un spot-on dans la nuque avec un intervalle de 3 à 4 semaines. l'objectif ici est également de réduire l'attaque des acariens, mais en même temps (et c'est le plus important) augmenter la résistance de l’ » hôte » avec d'autres produits Dans la littérature américaine, j'ai repéré la possibilité d'un traitement oral avec l’Ivermectine, quotidiennement pendant 3 - 8 mois. La durée du traitement avec des produits semblables indique déjà que la vraie cause n’est pas visée. Le moyen Ivermectine ne doit pas être administré aux Collies, Shelties, Bobtails, à vrai dire à aucune sorte de bergers ni aux croisements avec bergers. Effets secondaires Ivermectine : saliver, vomir, pupilles rétrécies, confusion, ataxie, hypersensibilité aux bruits, faiblesse, coma et mort. 

Ectodex® :

Troisième choix : le produit Ectodex® (Amitraz) : réaliser des bains acaricides détruisant le Demodex. Les bains doivent être donnés 1 à 3 fois avec un intervalle d’une semaine. L'ancien produit Tactic® contenait également de l’Amitraz. Lorsque la démodécie se complique d'une infection cutanée bactérienne très importante, il est préférable de faire un lavage avec Allerderm Paxcutol® avant de commencer le traitement au Ectodex® À côté de la lutte contre les bactéries (Staphylocoques), le fonctionnement nettoyant du shampooing veille à ce que le produit puisse mieux atteindre les acariens. La prescription du traitement le plus courant sera : « ..... traitement hebdomadaire jusqu'à ce que les plaintes aient disparu et qu’aucun acarien n’ait été découvert après un mois… » Vous comprendrez que nous déconseillons cette manière de traiter, surtout si nous tenons compte des effets secondaires du produit et que nous réalisons une fois de plus que nous ne combattons pas la cause avec le produit.

Les effets secondaires Ectodex®  Somnolence, apathie, manque d’appétit, environ 12 à 36 heures après le traitement. Aussi peuvent survenir : diarrhée, vomissements, démangeaisons, urines excessives, pupilles rétrécies, pouls lent, baisse de tension, respiration lente, hypothermie, ataxie, paralysie de l’intestin, augmentation du taux du sucre, crampes, mort. Ce n’est pas tellement la dose, mais l’hypersensibilité du patient qui détermine la gravité des effets secondaires. Vous pouvez vous-même ressentir des maux de tête, des inflammations cutanées et des troubles respiratoires. 

ATTENTION!!!!

Nous conseillons d'appliquer uniquement le traitement avec le produit Ectodex® dans les cas graves et seulement quelques fois au début. Dans les cas exceptionnels, par exemple le cas d'un vieux chien souffrant de démodécie grave qui ne réagit pas au traitement causal, il se peut que nous prescrivions une répétition des bains acaricides dans l'attente d'un autre traitement effectif. Nous ne sommes pas partisans des prescriptions des nombreux traitements répétés au moyen de cette sorte de produits. 

Allerderm Paxcutol® :

Lorsque la démodécie se complique d'une infection cutanée bactérienne très importante, il est préférable de faire un lavage avec Allerderm Paxcutol® e. a. peroxyde de benzoyle) avant de commencer un traitement avec un produit contre les acariens. À côté de la lutte contre les bactéries (Staphylocoques), le fonctionnement nettoyant du shampooing veille à ce que le produit puisse mieux atteindre les acariens. 

Antibiotiques :

En cas d’infection cutanée bactérienne très importante, il faut réaliser une antibiothérapie pendant 4 à 6 semaines. Les plus efficaces sont surtout cefalosporine (Cefaral®) et enrofloxacine (Baytril®) ; mais ce dernier ne peut être administré aux jeunes chiens en croissance.  

 

  • DDR fotostyling